La psychanalyse est d’abord le procédé par lequel les processus psychiques inconscients, à peu près inaccessibles autrement, peuvent faire l’objet d’une investigation rigoureuse. Ce procédé est celui de l’association libre des idées. Utilisé dans le cadre bien défini de la situation analytique, il devient la « règle fondamentale » qui enjoint à l’analysant de dire tout ce qui lui vient à l’esprit. Ainsi apparaissent et s’organisent les phénomènes, centrés sur la relation dite transférentielle à l’analyste, qui constituent le processus analytique.

Contact
Tél. 06 62 07 18 76

Envoyer un message

La psychanalyse désigne ensuite la méthode de traitement d’un certain éventail de désordres psychiques, notamment névrotiques. De fait, la dimension thérapeutique de la cure analytique découle indirectement des transformations psychiques induites par le processus analytique et les prises de conscience qu’il implique. La modification de la relation du Moi et de l’Inconscient se traduit, outre le soulagement de la souffrance psychique, par une capacité accrue à aimer et travailler. Les autres traitements psychanalytiques sont plus ou moins dérivés du modèle de la cure, en fonction de leur adéquation à la diversité des tableaux cliniques.

Le cadre analytique définit les conditions matérielles dans lesquelles peut s'organiser le processus d'une cure analytique. Son caractère invariable et intangible découle des caractéristiques de la méthode mise en œuvre dans une situation-type. Celle-ci est organisée par la "règle fondamentale" qui demande au patient de dire tout ce qui lui vient à l'esprit, tandis que l'analyste fait jouer une écoute spécifique rendue possible par sa formation et sa propre expérience du divan. Cette situation permet que s'organise un échange dans lequel se trouvent mobilisées, actualisées et élaborées les situations émotionnelles traumatiques du passé oublié. Le patient ne peut livrer le plus intime de lui-même que s'il est assuré de la position de l'analyste.

Mais si la psychanalyse dans la forme classique de sa méthode ne convient pas à certaines catégories de patients, il est possible d’imaginer des procédés mélangeant l’ « or pur » de la psychanalyse au « cuivre » d’autres méthodes, afin d’inventer des psychothérapies – et plus largement, des cadres d’exercice – qui pourraient accueillir, et apporter une aide appréciable, à ces patients. Le travail psychanalytique requiert, dans ces cas-là, d’autres paramètres comme l’illustre la problématique des états limites ou la psychosomatique psychanalytique et l’adoption d’un dispositif adapté : séances en face à face, fréquence hebdomadaire ….

En conséquence, celui-ci doit éviter toute relation avec les proches du patient, respecter une entière confidentialité, rester neutre par rapport aux valeurs ou engagements du patient et n'intervenir que sur un mode interprétatif. La règle fondamentale de dire tout ce qui vient à l’esprit en séance a pour contrepartie la stricte confidentialité à laquelle s’engage l’analyste. La centration sur la relation de parole et l’exclusion du biologique et du social donne toute la place au fonctionnement psychique en séance. Le but est d’instaurer la pensée associative dans le cadre analytique car elle facilite l’émergence des significations inconscientes. Le cadre comporte le contrat avec l’analyste et le dispositif destiné à favoriser l’émergence des idées, des images et des affects en rapport avec l’activité psychique inconsciente de sorte qu’elle soit analysable.

Par rapport à la règle fondamentale, prennent sens les notions de résistance, de régression, de passages à l’acte, et aussi, du côté de l’analyste, celle d’écoute flottante (en égal suspens), de réceptivité empathique, d’intuition, de constructions des inférences et des contenus latents du discours de l’analysant, de ses récits de rêves, de ses lapsus, de ses actes manqués et de ses symptômes, dans le jeu contradictoire du refoulement et du retour du refoulé.

Contactez DAUMARK Jean-François, votre psychologue Aix-en-Provence, pour toute demande de rendez-vous.

 

35ans

Membre titulaire de la SPP (Société psychanalytique de Paris)

Membre formateur de la SEPEA (Société Européenne psychanalyse enfants et adolescents)

Membre du GECP (Groupe d'étude de la clinique psychanalytique)